Journée Mondiale de la Langue Maternelle

(article de Renée Triolle du site d’Esperanto-Provence.  Journée Mondiale de la Langue Maternelle )

Journée Mondiale de la Langue Maternelle

Des langues sont en danger, l’UNESCO est l’un des premiers à avoir pris en compte les dégats que peut causer la disparition de certaines langues. La Directrice Générale de l’UNESCO, Irina Bokava, préconise la connaissance de trois langues : la langue maternelle ( la seule qui permette une alphabétisation rapide et optimale et dans laquelle tout un chacun est à l’aise), la langue de l’état dans lequel on vit ( pour travailler, participer à la vie culturelle ou économique ) et une langue internationale. Mais voilà, « selon que vous serez puissant ou misérable », la situation est très inégale : certains ont pour langue maternelle une langue internationale et s’en contentent, d’autres doivent démontrer leurs talents en langue pour progresser dans tous les domaines d’activité.

Sur les plus de 6000 langues que compte le monde aujourd’hui,un quart aura disparu avant la fin du siècle. Quelles sont les causes de la disparition ?

- la langue ne se transmet plus de génération en génération,
- les gens qui la parlent ne la valorisent pas
- l’utilisation de la langue est réduite à quelques domaines d’activité ( à la maison, aux champs)
- le gouvernement ou les institutions ne lui donnent pas de statut officiel et la méprisent
- la documentation en cette langue est faible ou de mauvaise qualité
- la langue s’adapte mal aux nouveaux domaines ( ex. informatique) et médias.
- il n’y a pas ( ou peu) de matériel d’enseignement ou d’apprentissage de cette langue
- les taux de locuteurs dans la population globale est faible
- il y a peu de locuteurs natifs .

Universala Esperanto-Asocio s’associe à cette journée car son regard sur les langues est différent : toutes les langues véhiculent un mode de pensée, une vision du monde qui participent à la diversité. L’espéranto peut être cette langue internationale, dont l’utilisation est plus équitable que celle d’une langue nationale, devenue, pour les besoins du business,une langue internationale.

A La Ciotat, une soirée convivale au Grand Portique a fait entendre russe, provençal, suédois, italien, anglais. Quelques nouvelles illustraient le problème : _Au Mali, 20 millions de locuteurs de langues mandé (malinké,bambara, dioula) sont absentes du cyberespace.
À Madagascar le ministre déclare qu’ « il faut que notre système éducatif et médiatique inscrive dans la visibilté la réalité de la langue maternelle ».
À Ajaccio, le maire ouvre un laboratoire de langue et 13 crêches bilingues car « notre langue ( le corse) est un outil de développement majeur de notre identité, fait partie de notre ADN »(ce qui soulève des réactions sur un nationaliste outré.
Un séminaire sur les langues polynésiennes vient d’avoir lieu sur l’état des lieux sur les outils d’apprentissages des langues polynésiennes.
Une saynète autour d’un mode d’emploi en plusieurs langues, égayé par des chansons dans ces langues ( hébreu, norvégien par exemple) précédait ce poème évène de Alitet Nemtouchkin ( 1939-2006), auteur d’un trentaine d’ouvrages en russe et en évène (langue de Sibérie ), paru en 1988 dans  » Bol’ moja,Evenkia » (  » Ma douleur, mon Evenkie »)

Si j’oublie ma langue maternelle
Et les chansons que chantait mon peuple,
A quoi me servent mes yeux et mes oreilles ?
A quoi me sert ma bouche ?

Si j’oublie l’odeur de la terre
Si je ne la sens pas comme il convient,
A quoi me servent mes bras ?
Pourquoi est-ce que je vis en ce monde ?

Comment puis-je croire cette idée folle
Que ma langue est faible et pauvre
Si les dernières paroles de ma mère
Etaient en évène ?

Remplacez « évène  » par provençal, français, quechua etc.

Vous aimerez aussi...